La « papillon de fer » reçu à Paris par François Hollande

A l’invitation du Président de la République, Mme Aung San Suu Kyi, surnommée le « Papillon de fer » par ses partisans, prix Nobel de la paix, députée au parlement birman et présidente de la ligue nationale pour la démocratie, avait effectué sa première visite de femme libérée en France du 26 au 29 juin 2012. A cette occasion, la France avait rendu hommage au combat mené par cette femme exceptionnelle en faveur des droits de l’homme, et avait marqué son appui actif au processus de transition démocratique en cours en Birmanie.

Elle était de retour à Paris ce 15 avril 2014, pour rencontrer de nouveau le Président de la République ainsi que Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, cela pour évoquer les difficultés que rencontre son pays dans le cadre de la transition démocratique.

« Vous le savez, a-t-elle expliqué, nous avons entamé un processus de réformes il y a trois ans. Aujourd’hui, un certain nombre de questions essentielles se posent pour notre pays : la modification de la constitution, les tensions ethniques et communautaires et le rôle que l’armée joue dans la vie politique birmane. Ce sont des points d’une extrême importance pour nous.»

Dans la perspective et la préparation des élections législatives 2015, Aung San Suu Kyi demande le soutien de la France afin que soit opérée une réforme de la constitution birmane qui assure encore un quart des sièges du parlement aux militaires. «Nous serions très attentifs à la préparation des élections, et nous souhaitons vivement qu’il soit admis qu’un régime qui doit être totalement démocratique ne peut pas évidemment être au sens ou on l’entend ici un régime militaire »

Lors de l’entretien avec le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, elle a évoqué les violences intercommunautaires et la problématiques des minorités qui frappaient son pays. «En tant qu’opposition nous avons notre rôle à jouer mais nous ne sommes que l’opposition, pas le gouvernement. Et une question doit être posée très sérieusement : est-ce que le gouvernement fait ce qu’il faut pour résoudre ce problème? est-ce qu’il prend ses responsabilités ? »

 

Damien LEVIONNOIS-MÉNAGER Webmestre du blog de section P.S Pays de Fontainebleau.

+ d'infos